room

Exhibition Facilitator: Adia Parris and Laurie Weinstein Location: Galerie Luz Exhibition / Exposition: March 10th – 14th Vernissage: March 11th 6-9pm

Artists / Artistes

Armando Rivas / Exodus
Dexter Barker-Glenn / Playing House
Gabrielle Auclair / Arthabaska
Gemma Stevens / AWAY//DRIFTING
Lily Bennett-Scharf / space (AND) take
Marie-Andrée Macameau / La maison maternelle
Swarm / From Micro to Macro: A Theoretical Interpretation of the Many Worlds Multiverse Theory
Tiana Atherton / body as a faulty vessel
Véronique Morin & Cristobal Perez-Boudon / Claustrophobia

Curatorial statement

In the group exhibition room, we investigate how the malleability of occupiable space can be a defining force in our navigation of the world. The alteration in the experience of the external world according to our propensity to acknowledge and associate, encompasses the main concerns of the artists. Through a collection of dance, installation, sculpture, performance, photography, drawing, and video, this exhibition attempts to challenge our preconceived notions of space: how we exist within sites and to what means we interact with and maneuver them.

Functioning as products of our own associations and perceptions, we approach sites of occupancy with personal history; thus we incite change. As responsive units with different vantage points and interpretations, it is our character that catalyzes how we interpret our surroundings and perform within them.

In the defamiliarization and reconstruction of our own volumes, the capacity to engage with our surroundings is dependent on the body and its navigation. Drawing from theories of perception, this exhibition thematically explores where we go when we enter a space. Methodological solipsism, the validation of reality according to sensorial perception; and egocentric predicament, the mind’s inability to transcend its own perceptual world; both offer a possibility to answer how our personal narrative helps us interpret and maneuver the world around us.

In this exploration of the derealization of space, room hopes to incite discussion on what it means to take up space. As we pass through boundaries, observing the material and immaterial representations of our surroundings, we question our relationship with the spaces we come to occupy. Do we play a role in how spaces are physically and emotionally manifested? Are we one with space or are we consumed by it? Do we belong here?

~

Dans l’exposition collective room, nous examinons comment la malléabilité d’un espace occupable peut être une force déterminante à notre navigation du monde. À travers une collection de danse, d’installation, de sculpture, de performance, de photographie, de dessin et de vidéo, l’exposition tente de remettre en question nos notions préconçues de l’espace: comment existons-nous dans les espaces et par quels moyens et manoeuvres interagissons-nous avec ceux-ci.

Fonctionnant en tant que produits de nos propres associations et perceptions, nous approchons les sites d’occupation avec nos historiques personnels; ce faisant, nous incitons le changement. En tant qu’unités réactives possédant divers points de vue et d’interprétations, ce sont nos identités individuelles qui influencent nos manières d’interpréter nos environnements et d’y performer.

À travers la défamiliarisation et la reconstruction de nos propres capacités, la faisabilité de s’impliquer avec nos environnements devient dépendante du corps et de sa navigation. Alliant des concepts philosophiques de solipsisme méthodologique, la validation d’une réalité instaurée par certaines perceptions sensorielles et impasses égocentriques, la transition des connaissances du monde extérieur en représentations mentales examinées de diverses façons par l’esprit. Cette exposition explore thématiquement où allons-nous lorsque nous entrons dans un espace; comment est-ce que notre récit personnel—nos réflexions sur nous-même et notre présence, nous aide-t-il à interpréter le Monde autour de nous et à y manœuvrer?

Dans cette exploration de la déconcrétisation de l’espace, l’altération dans l’expérience du monde externe selon notre propension à reconnaître et à associer, room aspire à susciter la discussion sur ce que signifie réellement de s’approprier un espace. En dépassant les frontières, observant les représentations matérielles et immatérielles de nos environnements, nous questionnons notre relation avec les espaces que l’on vient occuper. Jouons-nous un rôle quant à la façon dont ces derniers se manifestent au niveau physique et émotionnel? Ne faisons-nous qu’un avec l’espace ou sommes-nous consommés par celui-ci? Y avons-nous notre place?

Scroll to Top